INA : Nouveau départ, en fanfare

Après quinze ans de formations à Bry-sur-Marne, je me réjouis de l’événement. Décembre 2013 : l’INA ouvre son nouveau centre de formations à Issy-les-Moulineaux. Adieu, RER A attendu dans les courants d’air, navette attendue sous la pluie, couloirs labyrinthiques, participants égarés. Bienvenue, RER C juste en face du nouveau centre, beau bâtiment, accueil hyper souriant et salles flambant neuves.

Du lourd

C’est pas tout ça. Après les délicieux croissants, à l’attaque.

Et il y a du lourd, comme on dit, chez mes participants. Un scénariste de fiction qui en a vu d’autres. Un piquant rédacteur en chef de magazines TV. Une réalisatrice de documentaires solide comme un roc. Une chargée de programmes d’une grande chaîne de TV. Et une distributrice internationale.

La semaine dernière, formation théorique, à la bonne franquette. Mais aujourd’hui, nous inaugurons la toute nouvelle salle de « media training ». Un vrai plateau télé avec trois caméras et des lumières plein la vue. Des conditions fabuleuses pour le pitch, mais qui ajoutent un coup de pression.

Le plateau de media training.

Le plateau de media training.

Au fil des pitches, je découvre les projets. Et quels projets. Bien pensés, aboutis, audacieux. Tout le groupe se régale, on brûle de voir les films des autres.

Cruelle vidéo

C’est l’exercice de la « phrase d’accroche » qui pose les premières difficultés. C’est un brainstorm, il n’y a pas de mauvaises idées ; pourtant, on hésite à se lâcher, on attend de tenir la formulation idéale. C’est pas comme ça que ça marche. Petit à petit, les idées fusent. On débroussaille, on affine, on finit par trouver de l’or. Les grandes feuilles du paper board sont couvertes de trouvailles.

Le lendemain, nouveau pitch, et visionnage des vidéos. « Comme cet exercice est cruel« , lâche une participante qui s’en est pourtant remarquablement sortie.  Transfert des vidéos sur les clefs USB. Chacun va pouvoir rentrer chez lui avec son petit exercice d’autoflagellation personnalisé…

Mais les résultats sont épatants. Les plus traqueurs ont pris confiance. Les plus décousus ont trouvé une construction.  Tout le monde a trouvé moyen de prendre du plaisir à l’exercice. Certains regrettent de n’avoir pas pu consacrer davantage de temps à la réécriture de leur pitch, pris qu’ils étaient par le travail quotidien. Mais ils savent désormais dans quelle direction avancer, sur quoi bosser.

Et puis, se produit l’effet secondaire de la formation : le réseau. Ils sont arrivés à cinq individus, ils repartent en groupe. Des projets communs s’esquissent. On va prendre un verre.

Le RER du retour a des allures de fin de vacances. On se dit de belles choses, sur un air d’amitié complice. Et on espère se revoir, vite…

*

Toutes les informations sur le stage de pitch à l’INA : cliquez ici.

Publicités

Laissez-nous vos commentaires !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s